La sécurité au travail pour les inséminatrices et inséminateurs

Des incidents au cours d’une insémination ne sont pas rares. L’inséminateur, qui se tient à l’arrière de l’animal, n’est en effet pas à l’abri de coups de pieds de l’animal. Ce risque peut être considérablement diminué par l’utilisation de dispositifs spéciaux et des aménagements adéquats. 

Priorité absolue lors de chaque insémination: ne pas prendre de risque inutile!

Terrain inconnu

L’inséminateur et le vétérinaire qui arrivent la première fois sur l’exploitation se trouvent en terrain inconnu. Le risque de chute, de trébuchement ou d’autre incident (marche mal éclairée, sols glissants, tuyaux accrochés trop bas) est réel.

Le conseil du praticien

Reto, technicien inséminateur, raconte: les premières visites chez un nouveau client comportent un certain nombre de risques. On ne connait pas encore l’exploitation et sa configuration. Je me souviens d’un incident au début de ma carrière: pour accéder à l’étable, il fallait traverser la salle de traite, très sombre. Je n’avais pas vu la marche pour y accéder et j’ai failli tomber. Je me suis violemment cogné l’épaule contre le mur. Lors de la visite suivante, j’en ai informé l’agriculteur, qui avait conscience de ce passage «dangereux», lui-même ayant failli tomber plusieurs fois. Cette petite discussion l’a amené à prendre des mesures correctives: il a installé un éclairage avec détecteur de mouvement et collé une bande réfléchissante en haut de la marche. Je suis content que ma remarque ait incité le chef d’exploitation à agir et je recommande vivement à mes collègues de signaler (poliment) des endroits à risques sur une exploitation.

Trou noir

La zone d’entrée de l’étable est souvent mal éclairée et d’éventuelles marches sont peu visibles.

Marches trop hautes

Attention, les marches surélevées dans l’étable sont souvent à l’origine de trébuchements.

Tuyaux trop bas

En baissant la tête pour voir où il met les pieds, l’inséminateur peut se cogner à des tuyaux fixés trop bas dans l’étable.

Racleur à fumier en marche

Pendant l’insémination, le racleur à fumier doit être désactivé dans les étables à stabulation libre.

Immobilisation des animaux

Pour une insémination, les vaches même les plus dociles doivent être attachées ou immobilisées dans le cornadis. Un animal qui se déplacerait pendant l’insémination risquerait de déboîter le bras de l’inséminateur.  

Il ne suffit pas qu’une personne tienne la tête de l’animal pendant l’insémination. C’est trop risqué! 

Dans une stabulation entravée

Dans les stabulations entravées, les vaches ne peuvent certes pas s’enfuir, mais elles ont de l’espace disponible sur les côtés, ce qui peut devenir un problème pendant une insémination.

Dans une logette

Dans une stabulation libre à logettes, les vaches sont souvent attachées dans une logette où elles peuvent se coucher jusqu’à l’arrivée de l’inséminateur. Un seuil trop élevé peut en outre représenter un obstacle aux inséminateurs et inséminatrices de petite taille.

Au cornadis

Dans une étable à stabulation libre, il est judicieux de bloquer la vache à inséminer au cornadis. Pour qu’elle ne puisse pas se déplacer sur les côtés, on peut la placer entre d’autres vaches. 

Au pâturage

Les inséminations effectuées au pâturage sont toujours plus risquées qu’à l’étable. Les animaux doivent être bien attachés et séparés du reste du troupeau si possible. Un inséminateur ne doit jamais inséminer une vache tout seul au pâturage.

La vache est un animal grégaire

Un cas fréquent pour un inséminateur: toutes les vaches sont au pâturage, sauf une, qu’il faut inséminer. Toute seule dans l’étable, elle est passablement nerveuse, car elle ne se sent en sécurité que dans le troupeau. Il est donc judicieux de garder plusieurs animaux dans l’étable même si une seule vache sera inséminée. Il est généralement recommandé de ne jamais isoler complètement une vache de ses congénères.

Comment attacher la vache?

Très souvent, la vache à inséminer est attachée au moyen d’un licol et d’une corde. Ce qui est important, c’est que les deux dispositifs puissent être ouverts rapidement en cas de problème. Une fois son travail terminé, l’inséminateur peut en outre se coincer les doigts dans un nœud mal fait. 

Noeud de sécurité

Pour inséminer une vache, il est impératif de l’attacher avec un nœud de sécurité, c’est à dire un nœud qui ne se défait pas quand la vache tire dessus mais qu’il puisse être détaché facilement d’un seul coup en cas de besoin. Pour le nœud de sécurité simple, le plus couramment utilisé, on forme un anneau avec la corde et repasse la boucle de corde dans l’anneau.

Attention: la boucle ne doit pas se bloquer lorsque la vache panique. Pour cela, la corde peut être passée plusieurs fois autour de la barre pour constituer un frein.

Le licol en huit

Le licol en huit permet de fixer une vache rapidement avec une simple corde.

Notre recommandation

Dans la brochure du FiBL «Bien réussir la manipulation des bovins: percevoir, comprendre, communiquer», vous trouverez de précieux conseils pour réussir le nœud de sécurité et attacher correctement un bovin. 

Article Conseil et check-list

Vous pouvez aussi télécharger l’article Conseil de TORO 4/2016 «Faire les nœuds correctement» en format pdf. Le travail de l’inséminateur est plus aisé si l’animal est correctement attaché. Nous avons résumé les points importants dans une check-list à télécharger.  

A deux, c’est mieux

La présence d’une personne que la vache connaît a une influence positive sur son comportement. La sécurité sera plus élevée pendant l’insémination, surtout si la vache pourrait se déplacer sur les côtés. 

L’aide se tient à côté de la vache

En se tenant à côté de la vache, la deuxième personne limitera la liberté de mouvement de l’animal et l’inséminateur pourra se concentrer sur son travail.

L’aide se tient devant la vache

Si l’agriculteur tient la tête de la vache attachée, celle-ci sera plus calme. Sur la photo, la vache se tient devant le rebord de la logette, ce qui facilite le travail de l’inséminateur. 

L’aide tient la queue de la vache

Les mouvements de la queue de la vache peuvent gêner l’inséminateur. Une deuxième personne qui tient la queue pendant l’insémination facilitera ainsi le travail du technicien inséminateur. 

L’aide empoigne la peau de la cuisse

Pour immobiliser une génisse ou une vache nerveuse, on peut aussi empoigner la peau du haut de la cuisse, ce qui empêche l’animal de donner un coup de pied.

Inséminer sans aide

Il est toutefois fréquent que l’inséminateur travaille seul. Quelques astuces permettent d’améliorer la sécurité au quotidien. 

Rappel important: la sécurité avant tout!

Aborder l’animal calmement

Certaines vaches deviennent nerveuses si une personne inconnue d’elles s’approche. Pour faciliter le contact avec l’animal, nous recommandons de parler doucement à l’animal en s’approchant de lui. 

Mettre un licol

Les vaches qui disposent d’une certaine liberté de mouvement pouvant compromettre la sécurité de l’inséminateur peuvent être immobilisée avec un licol, que le technicien inséminateur aura toujours avec lui.

Un fil à la patte

Vous devez inséminer une vache agitée dans sa logette? Vous pouvez attacher une patte arrière avec une corde à l’étrier de séparation pour qu’elle ne puisse pas donner de coup de pied. 

Garder la vue d’ensemble

Un conseil si vous travaillez seul dans une stabulation libre ou une case collective: gardez les autres vaches à l’œil! Elles peuvent en effet représenter un risque plus important que la vache à inséminer.

Le tablier anti-ruade

Un tablier de protection ou tablier anti-ruade protège d’éventuels coups de pied de l’animal. Il couvre le tronc le ventre et les jambes. Certains animaux atteignent parfois l’épaule d’une personne avec leur sabot. Le tablier ne protège donc pas le corps à 100%. Il est important que le propriétaire de l’animal signale à l’inséminateur si une vache est «chatouilleuse». Ce dernier pourra alors prendre les mesures nécessaires et mettre le tablier anti-ruade. Si l’agriculteur ne peut être présent pendant l’insémination, il peut laisser une notice pour l’inséminateur indiquant que l’animal à inséminer peut ruer.

Le conseil du praticien

Arni, technicien inséminateur, raconte ce qui lui est arrivé avec une vache mère: «Au cours de l’insémination, la vache m’a donné un coup de pied qui a atteint mon épaule. Quand je me lui lavé le cou plus tard, je me suis rendu compte que j’avais eu beaucoup de chance. Depuis, je mets toujours un tablier de protection quand j’insémine une vache allaitante. Cela ne me protège pas d’une ruade à l’épaule, mais je me sens plus en sécurité. Au moins, mon ventre et ma cage thoracique sont protégés.»

Rembourré et renforcé

Le tablier de protection est rembourré et renforcé à l’avant et sur les côtés, ce qui amorti les éventuelles ruades.

A nouer dans le dos

Le tablier doit être noué dans le dos. Il doit être bien ajusté tout en laissant une grande liberté de mouvement.

Sangle de cou

Le tour de cou maintient le haut du tablier. Le tablier ayant un certain poids, son port est parfois qualifié de peu confortable. 

Lors d’une insémination

Le tablier de protection protège les jambes et le tronc de l’inséminateur des coups de pied d’une vache. 

Cage de contention

Les animaux en garde extensive (les vaches mères par ex.) étant souvent moins habitués à la présence humaine, l’utilisation d’une cage de contention stable est recommandée. 

Il est souvent plus simple de mettre une vache indocile dans la cage de contention que d’essayer de l’immobiliser avec un licol.

Une idée innovante

Un agriculteur de l’Emmental a conçu un dispositif ingénieux permettant d’inséminer ou de traiter une vache en toute sécurité: il a fixé une barrière pivotante au cornadis, ce qui permet d’immobiliser les vaches mères en toute sécurité.

Le conseil du praticien

John, technicien inséminateur, s’exprime sur ce dispositif pivotant: «L’agriculteur a trouvé une solution simple et efficace pour inséminer en toute sécurité. Le vétérinaire a même pu faire une césarienne avec ce dispositif de contention en enlevant la grille latérale gauche.»

Equipement de protection individuel

Pour assurer une sécurité maximale lors d’une insémination, il vaut mieux «prévenir que guérir»!

Chaque technicien inséminateur doit disposer d’un équipement de protection personnel qu’il aura toujours avec lui.

Bottes de sécurité

Les bottes de sécurité doivent avoir une semelle antidérapante et un embout en métal pour protéger les orteils.

Tablier anti-ruade

Le tablier anti-ruade doit toujours être dans la voiture de l’inséminateur, même s’il n’est utilisé qu’une fois par an! 

Corde à licol

Il vaut mieux avoir avec soi le matériel nécessaire pour attacher une vache.

Equipement du véhicule

Veste réfléchissante, lampe de poche, chaînes: le véhicule d’un inséminateur doit être parfaitement équipé.