La collecte d'embryons conventionnels

La collecte et le transfert d'embryons permettent d’augmenter nettement le nombre de veaux issus d’une vache supérieure à la moyenne.

Principe «gestation pour autrui»

Le principe à la base du transfert embryonnaire est la «gestation pour autrui»: l’animal précieux est stimulé à l’aide d’hormones. C’est la raison pour laquelle il y a plus d’un ovule qui mûrit durant les chaleurs. Les ovules sont fécondés lors d’une insémination normale.
Après une semaine, les embryons qui en résultent sont rincés de l’utérus sans incision et sont ensuite transférés à des receveuses zootechniquement moins intéressantes.  

Procédé chez Swissgenetics

Le Dr Rainer Saner, vétérinaire effectuant des transferts embryonnaires, rapporte:

«Chez Swissgenetics, nous effectuons chaque année environ 250 à 300 rinçages d’embryons avec deux équipes: L’équipe Anet/Romandie couvre la Suisse romande et le canton de Berne. Mon équipe de Mülligen et moi, nous nous occupons des éleveurs de la Suisse centrale, de la Suisse orientale et du Tessin.»

Sélection de la donneuse

En plus des critères zootechniques distinguant une donneuse, sa santé gynécologique doit être irréprochable et elle doit remplir d’autres conditions médicales générales.

Procédé chez Swissgenetics

Le vétérinaire Rainer dit:

«Les animaux doivent évidemment être dans un bon état général. On ne peut pas produire d’embryons sains avec des animaux malades.»

Procédé chez Swissgenetics

Rainer donne une règle empirique:

«Après le vêlage jusqu’au rinçage d’une vache, il faudrait attendre au moins: la quantité de lait de la vache par jour multipliée par deux plus 10 jours. Dans la pratique, cela signifie donc qu’une vache produisant 40 litres peut être rincée environ trois mois après le vêlage.»

Procédé chez Swissgenetics

L’expert Rainer recommande:

«Si une exploitation a le choix entre plusieurs animaux équivalents pour un rinçage, je conseille d’opter pour celui avec l’index génomique le plus élevé pour la fertilité. Selon mon expérience, on a de meilleures chances d’obtenir des embryons avec ces animaux.»

Examen préliminaire

Les vétérinaires effectuant les transferts embryonnaires examinent soigneusement la donneuse avant de commencer le processus.

Ils effectuent un examen général et un examen gynécologique. L
e fonctionnement des ovaires et la santé de l’utérus  sont notamment examinés.

Seuls les animaux sains entrent en ligne de compte comme donneuses.  

Procédé chez Swissgenetics

Rainer explique:

«Lorsqu’un animal est annoncé pour le rinçage, nous nous rendons dans l’exploitation pour l’examiner sur place. Cela nous permet de faire un pronostic du succès d’un rinçage. A cette fin, nous faisons une échographie.»

Corps jaune bien développé

Un corps jaune en état de produire de la progestérone est un important prérequis pour une superovulation couronnée de succès. Il peut être palpé ou représenté moyennant une échographie.

Nombre de follicules

L’échographie permet de rendre visibles même de minuscules follicules sur les ovaires. Les follicules peuvent être stimulés lors du traitement pour la superovulation. D’une façon générale, on peut dire que plus il y a de follicules, plus le succès du rinçage peut être grand. 

Utérus sain

Un utérus sain et bien involué est important pour la survie des spermatozoïdes et de ce fait pour la fécondation des ovules. Sinon on risque d’avoir de nombreux ovules, mais que ceux-ci ne sont pas fécondés. Il faut exclure une métrite. 

Préparation de la donneuse

Aujourd’hui, la stimulation hormonale se fait en règle générale avec un produit contenant l’hormone folliculo-stimulante.

Celui-ci est administré à la donneuse pendant plusieurs jours.

Ensuite, les chaleurs sont induites moyennant la prostaglandine.

Procédé chez Swissgenetics

Rainer au sujet du processus:

«Si l’éleveur se décide en faveur du rinçage après l’examen de son animal, nous lui remettons les hormones spéciales avec le dosage précis.»

Chaleurs et insémination

Les chaleurs des vaches superovulées sont dans la plupart des cas expressives.

Les vaches sont inséminées normalement. La semence est mise en place à l’endroit habituel dans l’utérus.

Souvent, on utilise plusieurs doses afin d’augmenter les chances de fécondation.  

Procédé chez Swissgenetics

Rainer recommande:

«Pour un bon taux de fécondation, il faudrait effectuer plusieurs inséminations durant les chaleurs après la superovulation: avec les doses conventionnelles deux à trois inséminations à intervalles de douze heures et avec les doses sexées au moins trois inséminations avec cinq doses au total.»  

Récolte d’embryons le septième jour

Sept jours après les chaleurs, les embryons sont rincés de l’utérus de la donneuse.

Procédé chez Swissgenetics

Rainer rapporte:

«Nous effectuons le rinçage toujours le septième jour après les chaleurs, car c’est à ce moment-là que la probabilité qu’on puisse récolter des embryons utilisables est la plus élevée. On doit attendre que les embryons soient arrivés dans l’utérus.»

Stades de développement des embryons

Ovules

Les ovules sont fécondés dans la partie initiale de l’oviducte. La muqueuse de l’oviducte les transporte ensuite activement, pendant cinq à six jours, vers l’utérus.

Morula

Après six à sept jours, les cellules des embryons se sont déjà divisées à plusieurs reprises. Les embryons ont déjà été transportés jusqu’à l’utérus.

Blastocyste

Au stade de blastocyste, les cellules de l’embryon commencent à s’organiser. Elles sont encore enveloppées dans la zone pellucide qui les entoure depuis la fécondation. Elle est une protection pour l’embryon.

Blastocyste éclos

Le huitième ou neuvième jour, les embryons sont éclos de cette enveloppe de protection. A ce stade, ils se développent très rapidement et deviennent très sensibles. Ils devraient donc être rincés avant.

Rinçage d’embryons

Pour le rinçage, on introduit un cathéter spécial dans les deux cornes utérines. Il y est fixé avec une espèce de ballon. La partie située devant ce ballon est rincée avec un liquide.

Procédé chez Swissgenetics

Rainer dit sur le processus:

«Nous introduisons un liquide de rinçage six fois dans chaque corne utérine. Nous massons doucement l’organe puis nous aspirons le liquide. Ce liquide passe ensuite par un filtre de sorte qu’il reste finalement 20 à 30 millilitres. Ce liquide restant contient les embryons.»

Aspiration de la glaire cervicale

Introduction du cathéter

Fixation du ballon

Rinçage de la corne utérine

Récupération du liquide

Changement de côté

Filtration du liquide de rinçage

Rinçage avec une solution d’iode

Recherche des embryons

Les embryons ont un diamètre d’environ un dixième de millimètre.

Il faut les chercher et les détecter sous le microscope.

C’est la raison pour laquelle les équipes ET emportent un laboratoire mobile.

Procédé chez Swissgenetics

Rainer raconte:

«Nous emmenons le liquide de rinçage au laboratoire que nous avons auparavant mis en place à la cuisine ou dans un autre local propre de l’exploitation. C’est là que nous cherchons les embryons sous le microscope.»

Vidange du filtre

Rinçage du filtre

Recherche sous le microscope

Replacement des embryons

Détermination de la qualité

Mise en paillettes

Fermeture des paillettes

Etiquetage des paillettes

Receveuses synchronisées

Les receveuses doivent se trouver au même stade du cycle que les embryons.

Cela signifie que le jour du rinçage, leurs chaleurs devraient remonter à sept jours.

Dans la plupart des cas, on synchronise leur cycle des chaleurs.

Procédé chez Swissgenetics

Rainer dit:

«Il est préférable de transférer immédiatement les embryons de moins bonne qualité, qu’on trouve dans pratiquement tous les rinçages. Cela permet d’obtenir des taux de gestation respectables également avec ces embryons. Je recommande à toutes les exploitations de mettre à disposition trois à cinq receveuses.»

Congélation des embryons

Les bons embryons peuvent être congelés sans problème.

On peut les commercialiser ou les transférer plus tard dans la propre exploitation.

Ils peuvent être stockés dans le même container d’azote que les doses de semence.

Procédé chez Swissgenetics

Rainer résume:

«Le rinçage de la donneuse dure environ une demi-heure et le travail au laboratoire environ une heure et demie. Pour la congélation et les transferts aux receveuses, il faut compter trente minutes. Au total, nous passons donc deux heures et demie à trois heures dans l’exploitation pour un rinçage d’embryons.»

Savoir-faire autour de l’embryon

Autres informations

Rainer Saner dit:

«L’information personnelle directe des éleveurs intéressés par nos équipes ET est probablement la meilleure solution.
Les éleveurs intéressés peuvent nous contacter par téléphone. Les tarifs en vigueur figurent également sur le site Internet de Swissgenetics

Contact avec nos équipes de transfert d’embryons par téléphone aux numéros suivants: