La rétention placentaire ou quand le placenta ne vient pas (Retentio secundinarium)

Le placenta ne se détache pas

On parle de rétention placentaire si le placenta n’est pas expulsé dans la demi-journée suivant le vêlage. Des lambeaux des enveloppes fœtales restent accrochés à la vulve de la vache.  

Une rétention placentaire a toujours des antécédents et très souvent des conséquences!

Un signal d’alarme

Une rétention placentaire est toujours un signal d’alarme qu’il faut analyser: Pourquoi le placenta ne se détache-t-il pas? Est-ce dû à une cause spécifique comme une naissance gémellaire ou est-ce lié à des erreurs de management? Les causes sont à chercher avant, pendant et directement après le vêlage.

Des problèmes au tarissement?

Un bon fonctionnement hépatique et immunitaire de la vache tarie garantit un processus chimique et enzymatique optimal permettant au placenta de se décoller progressivement de l’utérus au cours des derniers jours de gestation.

Des problèmes pendant le vêlage?

Les puissantes contractions au cours d’un vêlage normal contribuent aussi au décollement mécanique du placenta. Une fois que le cordon ombilical est rompu, la surface des villosités restante se détache entièrement de l’utérus.

Des problèmes post-partum?

Les enveloppes fœtales sont expulsées de l’utérus grâce aux contractions expulsives. La libération d’ocytocine lors du léchage du veau par la mère et la traite du colostrum renforce ce processus.

Rétention placentaire, les causes

Le processus de décollement utéro-placentaire enclenché avant le vêlage n’aboutit pas, ou l’utérus est trop faible pour expulser les arrière-faix:

  • si les fonctions hépatiques et immunitaires sont déficientes;
  • en cas de vêlage prématuré ou de mortinatalité;
  • lors d’une gestation prolongée;
  • en cas de vêlage difficile ou d’aide au vêlage inadéquate;      
  • si une maladie infectieuse entrave le processus (maladie de Bang p. ex.)
  • si les contractions utérines sont trop faibles (fièvre du lait);
  • si la vache est en situation de stress pendant ou juste après le vêlage.

Quels sont les facteurs déterminants?

Les gestations courtes, les phases de tarissement et les vêlages difficiles sont autant de risques de rétention placentaire. Plusieurs facteurs de risque peuvent s’additionner et combiner leurs effets. Y a-t-il un problème dans votre troupeau? A une certaine époque, si plusieurs vaches étaient touchées dans un troupeau, la cause était souvent infectieuse (maladie de Bang p. ex.). De nos jours, le problème provient souvent de la ration de tarissement!

Foie surchargé et prise d’aliment réduite

Maladie sous-jacente

Les vaches taries malades (problèmes d’onglons, mammites, infections, etc.) consomment trop peu pendant cette phase. Surchargés, l’organisme et le foie ne disposent plus des enzymes nécessaires au processus de décollement placentaire.

Surcharge graisseuse

La consommation des vaches taries trop grasses baisse, notamment au cours des dernières semaines de gestation. Le foie fonctionnant mal en raison de la surcharge graisseuse, le risque de non-délivrance placentaire est élevé.

Manque de confort

Une logette trop étroite, un sol glissant ou un peu d’espace dans le cornadis empêchent les vaches portantes de se relever pour manger. Une aire de tarissement surpeuplée défavorise en outre les animaux de rang inférieur.

Apport hydrique insuffisant

Les vaches qui n’ont pas accès à suffisamment d’eau mangent moins. C’est aussi le cas pour les vaches taries, notamment si la ration contient beaucoup de cellulose brute.

Focus sur la ration de tarissement

Une ration peu appétente

Les vaches taries reçoivent souvent des aliments de moindre qualité et peu appétents. Elles consomment donc moins. Il est plus judicieux de stimuler leur appétit avec une ration de qualité à faible apport énergétique.

Mauvaise qualité de fourrage

La ration de tarissement «typique», très souvent de moindre qualité (foin moisi, ensilage avec clostridies ou moisissures), sollicite le foie et entraîne une carence secondaire en oligo-éléments.

De l’eau souillée

Les vaches boivent peu et ingèrent des toxines si l’abreuvoir est souillé et couvert d’un biofilm bactérien. L’eau ferrugineuse de vieilles conduites favorise la prolifération de bactéries et neutralise la teneur en oligo-éléments de la ration.

Les pâturages d’automne

Pour les vaches taries, la pâture intégrale est risquée en automne: pauvre en structure, l’herbe est riche en protéine et en potassium. Cela entraîne des problèmes hépatiques et des carences secondaires en oligo-éléments et en calcium.

Carences en oligo-éléments et en minéraux

Trop de calcium (Ca)

En zone de montagne, l’herbe est souvent riche en calcium. Le risque de fièvre du lait subclinique et de contractions insuffisantes augmente. Une concentration moins élevée en calcium et des mesures préventives réduisent les risques, aussi en zone de plaine.

Carences en minéraux

Pour que le placenta puisse se détacher, les besoins de la vache en sels minéraux riches en Mg et en P doivent être couverts. Il existe des mélanges spécial tarissement. Ces vaches doivent toutefois être nourries séparément.

Sel pour bétail (NaCl)

Un apport en sodium suffisant est essentiel dans la ration de tarissement. Viser une alimentation pauvre en calcium ne veut en effet pas dire qu’il faut supprimer le sel pour bétail! Mais attention: tant un excès qu’un déficit en sodium favorisent la rétention placentaire.

Carences en oligo-éléments

Les enzymes qui contribuent au décollement placentaire contiennent des oligo-éléments et des vitamines. La vitamine E et le sélénium sont nécessaires à leur bon fonctionnement, mais aussi la vitamine A, le cobalt, le manganèse, etc.

Gestations et vêlages problématiques

Vêlages prématurés

Lors de vêlages prématurés (gestation gémellaire ou chute de la vache) ou de mortinatalité (avortement à un stade avancé), le placenta n’est pas assez mature pour être expulsé.

Vêlages provoqués

Le vétérinaire peut déclencher artificiellement un vêlage pour diverses raisons. Le déroulement naturel du vêlage en est raccourci et le placenta ne se décolle pas comme prévu.

Aide au vêlage inadéquate

Le détachement des enveloppes fœtales se fait au cours des contractions et des pauses entre les contractions. Le veau ne doit en aucun cas être «arraché» du ventre de la mère. Patience et doigté sont de mise.

Vêlages difficiles

Après un vêlage difficile, une torsion utérine ou une césarienne, les contractions expulsives de la vache sont peu prononcées. L’utérus est alors trop affaibli pour expulser le placenta.

Comment reconnaître une rétention placentaire?

La plupart du temps, des lambeaux d’enveloppes fœtales sortent de la vulve de la vache.   Mais parfois, il est difficile de dire si le placenta s’est détaché ou non, p. ex. s’il a disparu dans la fente du caillebotis ou si la vache l’a mangé. En cas de doute, il faut procéder à un examen vaginal (hygiène!) de la vache.

Pour cela:

  • Mettre un gant long à usage unique
  • Utiliser du gel lubrifiant
  • Laver la vulve avec un savon iodé
  • Demander à une personne de tenir la queue sur le côté

Il est judicieux de demander conseil au vétérinaire pour faire cet examen vous-même et pouvoir contrôler la vache le plus rapidement possible.

Le conseil du praticien

Noter après chaque vêlage comment s’est déroulée l’expulsion du placenta.  Vous saurez ainsi si la vache en question fait partie des vaches «à problème» en phase post-partum.

Non-délivrance: les signes d’alarme

Conséquences d’une rétention placentaire

Une rétention placentaire a été enregistrée dans 25% des cas de réforme survenant au cours des 60 premiers jours de lactation. Il faut donc bien surveiller les vaches à risque! Un placenta qui ne se détache pas peut entraîner des maladies secondaires graves. Quelques exemples:

Quelques exemples:

Inflammation aiguë de l’utérus

(métrite aiguë avec fièvre)

La putréfaction du placenta dans l’utérus peut provoquer une métrite aiguë accompagnée d’une fièvre. La vache est vulnérable en raison des antécédents (problèmes hépatiques, fièvre du lait, utérus affaibli, etc.) ayant mené à la rétention placentaire.

Inflammation chronique

(endométrite avec ou sans sécrétions purulentes)

Suite à une phase post-partum difficile, la vache présente souvent un écoulement vaginal purulent. Il existe toutefois aussi une forme subclinique (indécelable de l’extérieur): la vache revient constamment en chaleurs, apparemment sans Raison.

Troubles métaboliques (cétose)

Les vaches avec une phase post-partum difficile sont des vaches à risque! Elles mangent moins et présentent rapidement des troubles métaboliques. Une surveillance régulière des corps cétoniques est indiquée.

DMR prolongé

Les vaches avec une phase post-partum difficile sont des vaches à problème! Elles présentent souvent des troubles de la fertilité. Elles reviennent difficilement en chaleurs et ne démarrent pas de nouvelle gestation.

Objectifs

Pour éviter les complications graves et des troubles à long terme, les vaches doivent traverser sans dommage cette phase délicate du vêlage. Quatre mesures-clés:

Faire appel au vétérinaire

Si le placenta ne vient pas, n’hésitez pas à faire appel au vétérinaire. Il choisira le traitement qui convient à votre vache et à votre exploitation.

Donner un coup de ciseaux

Pour le confort de la vache, vous pouvez couper les enveloppes qui dépassent de la vulve. La traction exercée sur l’utérus sera moins importante et les conditions d’hygiène meilleures.

Prendre la température

Au cours des 10 jours qui suivent le vêlage, il est important de contrôler la température corporelle de la vache et de faire appel au vétérinaire si cette dernière dépasse les 39.5°C ou si la vache ne mange pas.

Faire un test de cétose

Au cours des 10 semaines suivant le vêlage, il est recommandé de soumettre une fois par semaine les vaches ayant eu une phase post-partum difficile à un test de cétose.

Conseil pratique - Que faire si les cas de non-délivrance se répètent au sein du troupeau?

Si le problème de non-délivrance placentaire se répète dans le troupeau, il faut analyser la gestion de d’affouragement et les conditions d’assistance au vêlage et prendre les mesures qui s’imposent:  

  • Déterminer le BCS régulièrement pour éviter que les vaches taries n’engraissent trop
  • Isoler les vaches taries des autres vaches, même en stabulation entravée
  • Optimiser le confort des vaches dans l’aire de tarissement
  • Compléter la ration de tarissement avec des composants de qualité pauvres en énergie (env. 5  MJ/NEL)
  • Avant le vêlage, donner aux vaches la ration des lactantes. Surtout aux vaches trop grasses!
  • Contrôler les points d’eau, nettoyer les abreuvoirs souillés. Faire éventuellement analyser la qualité de l’eau par un laboratoire.
  • Donner quotidiennement du sel pour bétail et des aliments minéraux pauvres en calcium; donner des bolus d’oligo-éléments.
  • Prévenir la fièvre du lait (ration de tarissement pauvre en calcium, vitamine D3 pendant la semaine précédant le vêlage, bolus de calcium avant/pendant/après le vêlage)
  • Aide au vêlage: modérément et uniquement si nécessaire
  • Veiller à de bonnes conditions d’hygiène (box de vêlage propre et fraichement paillé p. ex.)